Le sextoy connecté deux en un, appelé Lovely

Une entreprise californienne, Lovely inc., a conçu un sextoy connecté du nom de Lovely. Son utilisation permet aux couples de parfaire leurs ébats, sans que personne ne soit négligé. Vu d’œil, il ressemble à un anneau ou à un mini bracelet, mais pénien. Ce sextoy est capable à la fois stimuler le clitoris et le pénis via ses vibrations. Pour la femme, les sensations sont plus denses, et en enserrant son pénis, l’homme maîtrise l’afflux du sang pour que l’acte soit prolongé. Aussi, ce bracelet vibrant est connecté embarque une application permettant d’évaluer le nombre de calories brûlées durant l’acte, tout en affichant la vitesse maximale ou moyenne du rapport, sans oublier de faire une proposition de nouvelles positions par rapport à la routine érotique du couple.

De nombreux capteurs composent ce sextoy, qui se repose sur un algorithme spécifique. Lovely est rechargeable sans fil, étanche et profite d’une autonomie de 7 heures.

Il faudra attendre pour se procurer ce sextoy car actuellement, il n’est pas encore commercialisé. En effet, l’entreprise qui le conçoit a sollicité des dons sur le site Indiegogo afin d’obtenir 95.000 dollars. Un tiers de cette somme a été rassemblé juste en quelques jours. Une fois que les fonds soient récoltés, l’entreprise va écouler ce sextoy sur le marché américain, en juin 2016. Il sera proposé à 169 dollars, ou 151 euros.

pirate informatique

Cybercriminalité : Les hackers s’en prennent aux sites critiques

Désormais, les pirates informatiques osent s’attaquer aux sites critiques à l’instar des compagnies pétrolières ou des établissements financiers.

La cybercriminalité évolue. Le piratage du site de TV5 Monde est un exemple de ce qu’ils pourraient faire à l’avenir. Plus leurs attaques se perfectionnent, plus ils s’approchent des sites web critiques. L’année dernière, environ 43% des sociétés dans le secteur de l’énergie (pétrole, gaz, mines…) ont subi au moins une attaque, explique l’étude faite par Symantec. Aussi, Trend Micro remarque que 47% des industries ont été la cible d’une attaque. L’étude de Trend Micro montre notamment que les attaques contre les structures critiques sont très préoccupantes et que le gouvernement doit réagir, car les dommages pourraient être importants.

Des dommages importants

Les cyberattaques causeraient des dommages importants chaque année, de l’ordre de 13.2 millions d’euros pour chaque entreprise œuvrant dans l’énergie. Comme moyen de protection, le secteur de l’énergie devrait investir davantage dans la cybersécurité : 1.9 milliard USD jusqu’en 2018.

Cela fait quelques années que les attaques contre les sites sensibles augmentent. En France, Areva a déclaré en 2011 que les hackers ont réussi à s’introduire au sein du système informatique durant 2 ans. En 2012, 3 000 ordinateurs de Aramco ont été attaqués par un virus très puissant. À la suite de cette attaque, cette compagnie pétrolière koweïtienne a isolé totalement d’internet 3 de ses raffineries. Autre exemple, Stuxnet qui était prévu pour s’attaquer aux centrales nucléaires iraniennes a infecté plusieurs sites non connectés à internet.

Puisque la technologie avance et que les pirates se perfectionnent de jour en jour, les grands groupes devraient aussi perfectionner leur système de sécurité. Actuellement, les pirates ont de plus en plus recours à la sous-traitance ou des fournisseurs afin d’atteindre leur cible. C’est notamment le cas avec la société B to B qui a subi 15% des 6 milliards de cyberattaques qui se sont passées en 2014.

Jusqu’à présent, la majorité de ces attaques étaient motivées par les raisons financières. L’année dernière, 18% des cyberattaques ont ciblé des établissements financiers.

oculus-rift

Bienvenue

Bonjour,

Moi c’est ludo fan absolu de tout ce qui touche de loin ou de près aux nouvelles technologies. Suivez-moi sur mon blog si comme moi vous vous intéressez à la high tech pour rester informé de toute l’actu et des dernières tendances.