apple

Apple veut supprimer les antivirus de l’App Store

La firme à la pomme souhaite décidément montrer que ses appareils sont fiables. C’est pourquoi elle a décidé de retirer les antivirus sur sa plateforme d’applications.

Pour ceux qui ne le savent pas encore, les applications d’antivirus sont désormais bannies d’App Store. On n’y trouvera donc plus jamais le fameux VirusBarrier d’Intego qui était présent sur la plateforme depuis plusieurs années.

La raison est qu’il s’agirait tout simplement d’une question d’image puisque la firme de Cupertino veut faire comprendre à ses clients qu’il n’y a aucun virus sur son fameux iOS. Un à un, les meilleurs antivirus ont été mis au courant de la décision d’Apple de vouloir retirer les antivirus de l’App Store.

Pour Intego, Apple lui aurait reproché d’avoir mis une description ‘trompeuse’ concernant l’application. En effet, l’entreprise de Cupertino reprochait à l’éditeur d’antivirus de présenter une description sous-entendant qu’iOS contenait des virus. Alors Intego a dû changer le descriptif sur son logiciel en indiquant que l’appli était destinée à analyser la totalité des fichiers contenus dans les emails de l’utilisateur et non à scanner l’iPhone. Mais un tel descriptif n’a pas satisfait Apple, car celui-ci a quand même retiré l’antivirus d’App Store.

Désormais, la plateforme d’application de la firme de Cupertino ne comprendrait plus de logiciels antivirus. D’après une étude de FireEye, 96% des malwares ne ciblaient qu’Android. Malgré cela, l’iOS n’est pas totalement immunisé contre les malwares. Rappelons-le, le code malveillant WireLurker peut infecter un iPhone via une connexion USB.

iPhone 4

iPhone : La fermeture d’applications permettrait-elle d’économiser de l’énergie

Selon un test fait sur un iPhone, le fait que vous fermiez toutes les applications ne permettrait aucunement d’économiser sur la batterie. En effet, d’après une publication sur le site ‘Business Insider’, les utilisateurs d’iPhone ont tendance à faire glisser toutes les applications vers leur switcher. Comme ça, ils espèrent que ces applis vont se fermer et que cela permettrait alors de faire des économies d’énergie. Toutefois, il faut souligner que les applications envoyées vers le haut, dans le switcher, ne sont pas réellement ouvertes, car il ne s’agit que d’images statiques des applications utilisées.

iOS ferme automatiquement les applications

En somme, les applications envoyées dans switcher sont en quelque sorte de petits marque-pages. Via ce menu, vous pouvez aller d’une appli à l’autre avec facilité. D’après les auteurs de l’analyse, iOS est très intelligent puisqu’il ferme tout seul les applications.

Mais cela ne signifie pas pour autant que vous ne devez plus fermer manuellement vos applications. Juste que la fermeture manuelle n’est pas nécessaire si l’application ne répond pas.

Futur en Seine

Futur en Seine : Les objets connectés destinés aux maisons

Futur en Seine est l’évènement annuel consacré aux appareils high-tech. Regroupant 78 000 visiteurs l’année dernière, cette nouvelle édition risque de captiver beaucoup plus de personnes grâce notamment aux nouveautés qui y seront présentées : robots intelligents, 3D…

Les objets connectés trouvent de plus en plus leur place dans nos maisons. Actuellement, les tâches quotidiennes sont réalisées par des automates. La vie devient plus facile et plus connectée. Durant le festival Futur en Seine, qui se tiendra du 11 au 21 juin, on découvrira les nouveaux accessoires qui vont simplifier la vie.

Un robot domestique made in France

Buddy, c’est le nom qu’on a attribué à ce robot domestique totalement made in France. 60 cm et 5 kg, c’est la dimension et le poids de ce petit robot doté d’une interface avec tablette tactile. Son rôle : veiller sur la maison, mettre à jour l’agenda, envoyer des alertes, éduquer les enfants… Ce petit joujou sera pré-commercialisé à partir de juillet pour 749 euros, mais la livraison ne se fera qu’en fin d’année.

Un robot contrôlé par la pensée

Baptisé SAMI, ce robot humanoïde conçu par CRIIF es capable d’imiter les mouvements de l’homme. Et plus étonnant encore, on peut le contrôler par la pensée. Pour ce faire, il est nécessaire de se munir d’un casque EEG, d’une paire de lunettes d’immersions et d’une caméra 3D. Mais il faudra encore attendre quelque temps pour voir ce produit débarquer sur les étalages.

Un robot multimédia

Dénommé Keecker, c’est un robot tout-en-un. Déjà en le voyant, il est très design et élégant. Il est capable de prendre la place de n’importe quel terminal dans la maison, même la télé. Il comporte notamment des fonctions de projecteur, de son et de caméra. Il est en mesure de capter et de projeter à 360°. Il se déplace tout seul via des roulettes. Le pilotage se fait par l’intermédiaire d’un Smartphone, d’un ordinateur ou d’une tablette qui se connecte à Keecker par Bluetooth. À noter que ce petit robot peut aussi se charger de la surveillance de la maison lorsqu’on n’y est pas.

santé au travail

Samsung investit massivement dans le secteur de la santé en France

Le géant de l’électronique conçoit des appareils high-tech destinés dans le secteur médical : scanners mobiles et échographes ultra-perfectionné…

Samsung vient de confirmer son intention d’investir dans le secteur médical en France. En effet, le géant de l’électronique a mis en place une large gamme d’équipements permettant de mieux traiter les patients : scanner mobile, salle de radiologie numérique… Si la durée d’hospitalisation moyenne en France est de 9.1 jours, cela pourrait diminuer grâce aux innovations de Samsung. Le groupe a notamment offert un dispositif de suivi à domicile pour l’hôpital de la Croix-Rousse (Lyon). Ce système est prévu pour mieux suivre les femmes enceintes touchées par un diabète. Le groupe a également offert des écrans LCD pour l’hôpital Sainte-Anne (Paris). Aussi, Samsung veut collaborer avec la Mutualité française ou à Orange Healthcare pour mettre en place des solutions innovantes.

La réalité virtuelle au service de la chirurgie

Samsung ambitionne de concevoir de nouveaux systèmes et de nouveaux services pour que les parcours de santé des patients soient plus simples. Le groupe a entre autres conçu un échographe prémium et un échographe intelligent prévu pour la radiologie. Cet échographe intelligent embarque la technologie S-Shearwave TM qui calcule le niveau d’élasticité d’une lésion. Le groupe apporte aussi son soutien pour former les futurs chirurgiens via Gear VR, son nouveau casque de réalité virtuelle. Avec ce dernier, les jeunes chirurgiens vont pouvoir s’initier au métier grâce à la 3D.

Conscient du fait que les hôpitaux doivent investir énormément dans l’entretien des équipements et appareils, Samsung veut remplacer les anciens équipements par ses appareils high-tech performants et faciles à entretenir. Selon le groupe, cet investissement éviterait aux hôpitaux de dépenser beaucoup d’argent dans la maintenance de leurs équipements et leur permettrait d’investir l’argent économisé dans d’autres projets.

lovely

Le sextoy connecté deux en un, appelé Lovely

Une entreprise californienne, Lovely inc., a conçu un sextoy connecté du nom de Lovely. Son utilisation permet aux couples de parfaire leurs ébats, sans que personne ne soit négligé. Vu d’œil, il ressemble à un anneau ou à un mini bracelet, mais pénien. Ce sextoy est capable à la fois stimuler le clitoris et le pénis via ses vibrations. Pour la femme, les sensations sont plus denses, et en enserrant son pénis, l’homme maîtrise l’afflux du sang pour que l’acte soit prolongé. Aussi, ce bracelet vibrant est connecté embarque une application permettant d’évaluer le nombre de calories brûlées durant l’acte, tout en affichant la vitesse maximale ou moyenne du rapport, sans oublier de faire une proposition de nouvelles positions par rapport à la routine érotique du couple.

De nombreux capteurs composent ce sextoy, qui se repose sur un algorithme spécifique. Lovely est rechargeable sans fil, étanche et profite d’une autonomie de 7 heures.

Il faudra attendre pour se procurer ce sextoy car actuellement, il n’est pas encore commercialisé. En effet, l’entreprise qui le conçoit a sollicité des dons sur le site Indiegogo afin d’obtenir 95.000 dollars. Un tiers de cette somme a été rassemblé juste en quelques jours. Une fois que les fonds soient récoltés, l’entreprise va écouler ce sextoy sur le marché américain, en juin 2016. Il sera proposé à 169 dollars, ou 151 euros.

pirate informatique

Cybercriminalité : Les hackers s’en prennent aux sites critiques

Désormais, les pirates informatiques osent s’attaquer aux sites critiques à l’instar des compagnies pétrolières ou des établissements financiers.

La cybercriminalité évolue. Le piratage du site de TV5 Monde est un exemple de ce qu’ils pourraient faire à l’avenir. Plus leurs attaques se perfectionnent, plus ils s’approchent des sites web critiques. L’année dernière, environ 43% des sociétés dans le secteur de l’énergie (pétrole, gaz, mines…) ont subi au moins une attaque, explique l’étude faite par Symantec. Aussi, Trend Micro remarque que 47% des industries ont été la cible d’une attaque. L’étude de Trend Micro montre notamment que les attaques contre les structures critiques sont très préoccupantes et que le gouvernement doit réagir, car les dommages pourraient être importants.

Des dommages importants

Les cyberattaques causeraient des dommages importants chaque année, de l’ordre de 13.2 millions d’euros pour chaque entreprise œuvrant dans l’énergie. Comme moyen de protection, le secteur de l’énergie devrait investir davantage dans la cybersécurité : 1.9 milliard USD jusqu’en 2018.

Cela fait quelques années que les attaques contre les sites sensibles augmentent. En France, Areva a déclaré en 2011 que les hackers ont réussi à s’introduire au sein du système informatique durant 2 ans. En 2012, 3 000 ordinateurs de Aramco ont été attaqués par un virus très puissant. À la suite de cette attaque, cette compagnie pétrolière koweïtienne a isolé totalement d’internet 3 de ses raffineries. Autre exemple, Stuxnet qui était prévu pour s’attaquer aux centrales nucléaires iraniennes a infecté plusieurs sites non connectés à internet.

Puisque la technologie avance et que les pirates se perfectionnent de jour en jour, les grands groupes devraient aussi perfectionner leur système de sécurité. Actuellement, les pirates ont de plus en plus recours à la sous-traitance ou des fournisseurs afin d’atteindre leur cible. C’est notamment le cas avec la société B to B qui a subi 15% des 6 milliards de cyberattaques qui se sont passées en 2014.

Jusqu’à présent, la majorité de ces attaques étaient motivées par les raisons financières. L’année dernière, 18% des cyberattaques ont ciblé des établissements financiers.