Un problème de sécurité au sein des services VPN !

Les clients de VPN sont confrontés depuis un moment à une faille au niveau de la sécurité. En effet, plusieurs adresses IP ont récemment été dévoilées à l’insu des clients.

C’est évident que de telles situations mettent les utilisateurs en alerte. Ceux-ci ont assisté depuis un bon moment déjà à l’affichage de leurs adresses IP. Les navigateurs chez qui cette faiblesse a été détectée sont notamment Firefox et Chrome, mais seulement avec ceux qui utilisent le système Windows. En tout cas, c’est une faille qui n’est pas difficile à résoudre.

Que la sécurité soit accélérée !

Les raisons exactes concernant cette faille de sécurité ne sont pas encore explicites. Par contre, il y a quelques mois, l’État du Canada a repéré certains sites qui effectuent des partages de fichiers.

Ce système de repérage a été concluant de sorte que d’autres adresses IP d’utilisateurs pensant être protégés derrière leur PC, ont été retrouvées. Évidemment, cela a provoqué une grande polémique dans le monde en matière d’efficacité des services VPN. Il en est déduit que l’anonymat absolu ne peut être garanti malgré que le service VPN soit d’une grande qualité.

Cette faille en matière de sécurité a donc bien montré que la couverture ne sera pas entière malgré qu’on pense le contraire. Il est donc fortement conseillé de choisir des VPN ultra-sécurisés pour ne pas être victime d’une autre faille de sécurité virtuelle. Les meilleurs VPN recommandés sont actuellement Hidemyass, IPVanish et VyprVPN. Vous en trouverez d’autres sur le comparatif de vpn www.meilleur-vpn.net payant ou gratuit.

Ils ont pour avantage d’offrir aux clients à cheval de sécurité une protection virtuelle de leur identité. Offrant un service moins cher mais avec d’innombrables avantages, le VPN le meilleur moyen pour se protéger efficacement.

space-shuttle-992_640

Un nouvel avion supersonique est en cours de conception

Un projet américano-australien consiste à mettre sur pied un avion dépassant largement la vitesse du son.

D’ici peu, il sera possible de faire le trajet Paris-Broadway-Paris en moins d’une journée ! Ce projet, portant le nom de HiFiRE (Hipersonic International Flight Research Experimentation), est mis sur pied via la collaboration entre la NASA, le DSTO, l’AFRL et Queensland University. Récemment, une fusée a été lancée pour savoir la faisabilité d’un vol qui transporte des personnes tout en dépassant la vitesse du son.

Jusqu’à Mac 8

La fusée-sonde a grimpé jusqu’à 30.480 m avec une accélération entre Mac 5 et 8. Plus concrètement, la vitesse de la fusée est comprise entre 7.350 km/h et 9.800 km/h. Un tour complet de la terre se ferait donc autour de 5 h.

Il s’agit du 4e lancement d’une fusée de test du genre. 6 autres lancements sont encore prévus pour découvrir toutes les possibilités. D’après la DSTO, il s’agit jusque-là d’un succès ouvrant la porte vers des vols hypersoniques.

Pour sa part, HiFiRE a procédé à d’autres avancées technologiques comme la fabrication, l’assemblage et les essais sur les avions hypersoniques. Concernant le carburant, les experts ont utilisé du carburant hypercarboné doté d’une densité plus importante afin que l’avion puisse transporter un maximum de carburant.

Si ce projet devient un succès, il pourra servir à réaliser des voyages hypersoniques. Ainsi, le trajet entre New York et Paris ne durerait plus qu’une trentaine de minutes. Cette technologie pourrait aussi servir à mettre en orbite plus facilement des satellites.

Une véritable révolution

Si l’homme n’a jamais cessé d’innover pour réduire les distances, d’ici peu, il sera possible de voyager autour du monde en seulement quelques heures. Beaucoup de spécialistes parlent d’une véritable révolution en matière de transport. Une telle technologie sera utilisable dans les 20 ans à venir.

dna-694798_640

Tim Cook insatisfait de sa visite en Asie

Le patron d’Apple n’est pas vraiment satisfait de sa tournée en Inde et en Chine. Ces derniers temps, les ventes d’iPhone ont ralenti en Chine. Aussi, elles ont du mal à décoller en Inde, là où ses produits haut de gamme n’arrivent pas à trouver ses repères.

Avec le recul des ventes en Chine, le géant américain cible désormais l’Inde, un pays où ses concurrents sont bien positionnés depuis 2 ans. Abritant 1.3 milliard d’habitants, le marché indien propose un potentiel énorme. Dans le pays, une personne sur cinq possède un Smartphone. Mais si Apple réussit souvent bien s’imposer dans d’autres pays, ce n’est pas le cas en Inde. Sa stratégie de vendre ses produits à tarif exorbitant aux opérateurs afin que ceux-ci puissent les revendre moins cher en contrepartie d’un forfait n’est pas vraiment appréciée. En Inde, la plupart des opérateurs ne vendent pas de Smartphones. Ces derniers sont commercialisés dans de petits magasins. Et les téléphones proposés sont souvent des modèles d’entrée de gamme.

Une marque peu connue en Inde

Le patron d’Apple a discuté avec les 2 principaux opérateurs indiens à savoir Vodafone India et Bharti Airtel afin d’étudier une probable collaboration pour le déploiement de la 4G. Mais les observateurs soulignent la complexité de l’implantation de la marque dans le pays. En effet, les revenus de la population sont relativement modestes alors que les produits de la marque sont très chers. Ils concluent qu’Apple aura donc du mal à commercialiser ses iPad et ses Mac dans les magasins indiens.

D’après la Banque mondiale, beaucoup d’Indiens gagnent moins de 3 euros/jour alors qu’un Smartphone est vendu autour de 80 euros. Les appareils d’Apple qui se vendent environ 300 euros n’occupent que 6% du marché spécialement dominé par les marques chinoises et Samsung Electronics. D’après une étude de ‘Morgan Stanley’, 50% des Indiens ne connaissent pas la marque à la pomme.

Pour la Chine, Tim Cook a investi 1 milliard USD pour une application chinoise destinée à la réservation de voitures avec chauffeur. Selon Tim Cook, cet investissement pourrait permettre à Apple de mieux cerner le marché chinois.

L’Inde souhaite aussi qu’Apple investisse dans le pays en y implantant entre autres ses unités de production. Mais reste à savoir si le plan du groupe lui permettra de conquérir le pays.

fusion-bouygues-orange

Fusion entre Bouygues Telecom et Orange

D’après les rumeurs, Orange compte racheter Bouygues Telecom. Mais les responsables renient de telles allégations. Par contre, on peut s’attendre à une éventuelle consolidation.

Il y a quelques mois, Numericable-SFR prévoyait de racheter Bouygues Telecom, mais l’opération a été abandonnée. Cette fois, Orange veut s’approprier les activités médias et télécoms de Bouygues. Les deux groupes n’ont encore rien confirmé. Mais les discussions sont toujours en cours. Cela se confirme notamment aux nombreuses rencontres entre les patrons de chaque groupe.

Orange n’a pas émis de commentaire sur les rumeurs d’un rachat. Bouygues a affirmé qu’il n’y a pas de projet de sortie dans le secteur des télécommunications et de la télévision. Au contraire, le groupe a confirmé qu’il allait se focaliser davantage dans ces secteurs. Selon les estimations, Bouygues prévoit de rester dans ces activités et deviendrait donc le plus grand actionnaire d’Orange. Au niveau de la bourse, on remarque une hausse de 1.2% pour Bouygues et une hausse de 1% pour Iliad, contre un recul de 0.6% pour Orange.

 

Aucune date prévue

On ne peut pas encore prétendre si ce rapprochement va se faire ou non. Aucune date n’est annoncée. On pense qu’Orange ne mise pas sur une convergence entre médias et télécoms. Puis, on se demande où se situe l’État dans tout ça, qui détient actuellement 25% d’Orange.

Il y a plus d’un an et demi, Orange avait déjà proposé une offre de rachat à Bouygues. Mais il avait opté pour une transaction en cash et en actions. L’opération était donc tombée à l’eau pour des raisons de prix. Actuellement, il pense à son avenir et ne veut pas faire de faux pas. Il a alors demandé à Morgan Stanley et BNP Paris de le conseiller lorsqu’il fait une opération sur le continent européen.

 

Bouygues, une cible de choix

En matière de télécommunication, les consolidations sont très fréquentes. D’après les analystes, le marché français est en déséquilibre et la consolidation serait une solution pour réparer ce marché et renforcer les investissements. Beaucoup estiment que Bouygues est une cible de choix. L’entreprise n’est pas assez grande pour perdurer sur ce marché très concurrentiel.

Mais on songe qu’Orange est le mieux adaptée pour acquérir l’opérateur. Toutefois, une fusion avec le leader des télécoms serait fortement inspectée par l’Autorité de la concurrence. Mais cela pourrait permettre à Orange de gagner davantage de part de marché.

goldman-sachs

Goldman Sachs se met à la monnaie virtuelle

La banque américaine a déposé un brevet concernant la technologie ‘blockchains’.

Le ‘blockchain’ est une technologie de monnaie virtuelle. Elle peut tout changer, en tout cas, c’est ce qu’affirme Goldman Sachs. Concurrent du fameux ‘bitcoin’, sa monnaie virtuelle est appelée ‘SETLcoint’. Son objectif sera de favoriser l’échange en temps réel d’obligations et d’actions. D’après la banque, la technologie peut changer la finance mondiale en supprimant les intermédiaires qui sont actuellement chargés de valider les transactions.

Cette technologie permettrait de rendre publics les échanges qui se font dans le monde entier depuis un réseau d’ordinateurs décentralisés. Appelés ‘mineurs’, ces ordinateurs très puissants vont s’assurer qu’une transaction est réelle et qu’aucun tiers ne puisse y glisser de ‘faux’. La validation des transactions se fait par blocs, ensuite adjoints au registre afin de constituer une chaine de blocs. C’est de là que vient le terme ‘blockchain’. Tous les ordinateurs qui se connectent au réseau hébergent une copie des échanges réalisés.

 

Une économie de 20 milliards USD

Cette technologie se veut être prometteuse. Elle pourrait permettre d’éviter les vols et les fraudes, car toutes les transactions peuvent facilement être tracées par les ordinateurs. Cela offre plus de sécurité et de rapidité. On n’aurait plus besoin des chambres de compensation dans l’enregistrement d’une transaction financière ou des notaires pour acquérir un titre de propriété. Ce système favoriserait aussi un meilleur transit de l’argent, d’un pays à un autre, sans recourir à des entreprises de transfert de fonds à l’instar de Western Union.

En supprimant ces intermédiaires, il est possible de baisser les coûts au niveau de la finance mondiale. Les banques pourraient donc économiser jusqu’à 20 milliards USD chaque année. Avec les ‘blockchains’, on transforme les transactions ainsi que les systèmes informatiques de plusieurs secteurs, affirme la banque newyorkaise.

Mais Goldman Sachs n’est pas la seule à miser sur ce dispositif. Plusieurs établissements bancaires (Barclays, JP Morgan, Société Générale…) soutiennent R3, une start-up newyorkaise, dans l’élaboration d’applications commerciales qui conviendrait au secteur financier. On distingue donc des banques qui se rassemblent derrière un projet en commun (avec R3) et des banques qui élaborent leur propre technologie (Goldman Sachs…).

D’après les spécialistes, les ‘blockchains’ ne sont pas encore opérationnels. Toutefois, ils prendront une grande importance d’ici les cinq prochaines années, et se démocratiseront dans les dix ans à venir.

Fair-Phone-2

Fairephone 2 débarque enfin

Cela fait presque 3 ans que Fairphone fabrique des Smartphones qui respectent l’économie durable. L’entreprise compte commercialiser la seconde génération de son Smartphone écoresponsable.

En ces temps où les Smartphones font la course pour être plus performants, une entreprise néerlandaise revient en arrière pour proposer un mobile très particulier. Fairphone propose en effet un téléphone écoresponsable.

Depuis 2013, l’entreprise fabrique des appareils équitables et propres, correspondant à un cahier de charges qui respecte l’économie durable. Les Smartphones Fairphone sont conçus avec des matériaux venant des pays en guerre. Ils ne contiennent aucun métal rare. Les usines de fabrication sont en total respect des protections sociales. Les composants sont assemblés en Chine. Contrairement aux autres fabricants, la société Fairphone dédie un fonds spécial pour garantir le bien-être des ouvriers.

Les modèles Fairphone sont recyclables et réparables. Le recyclage des appareils défectueux se fait au Ghana.

 

La reconnaissance via Cash Investigation

Fairphone veut montrer l’exemple en matière de conception de Smartphones. À sa création, l’entreprise n’a sollicité aucun investissement extérieur. En France, elle a acquis sa notoriété avec l’émission ‘Cash Investigation’ qui enquête sur les conditions de production des mobiles.

Si l’enquête a sévèrement critiqué plusieurs grandes entreprises (Samsung, Apple, Sony, LG…), elle a par contre été favorable à la petite entreprise néerlandaise. Effectivement, les méthodes de fabrication adoptées par l’entreprise ont été saluées par l’émission. Et cette bonne réputation a permis à l’entreprise de vendre plus de 60 000 unités de son premier modèle de Smartphone écoresponsable en France.

 

Un nouveau Smartphone écoresponsable

Un an après la commercialisation du premier modèle Fairphone, la petite entreprise s’est agrandie. Elle emploie actuellement 50 salariés et ne cesse d’afficher plus de transparence au niveau du processus de fabrication. L’entreprise collabore avec une autre société chinoise qui s’est aussi engagée à respecter les règles de sécurité et d’hygiène.

Avec cette collaboration, la start-up est arrivée à proposer Fairphone 2. Cette dernière dispose d’une architecture modulable permettant un démontage du mobile pour simplifier la réparation. Cette architecture lui a même valu une note de 10/10 sur le site de réparation iFixit.

En termes de caractéristiques, Fairphone 2 dispose des mêmes spécificités que les mobiles haut de gamme : écran full HD, Android Lollipop, capteur photo HD, processeur à 4 cœurs… Pour le prix, cette nouvelle mouture est accessible pour 530 euros.